Brev från Georg Wilhelm af Sillén till Gustaf af Sillén den 25 mars 1791.

A Ryda ce 25 Mars 1791.
Ankt. den 23 April, besvt den 30 April.

Le 18 Mars. Mon Cher Fils, j'ai à Vous remercier à la fois de Vos deux Cheres lettres, l'une du 15 Decbre arrivée le 18 Janvier, l'autre du 9 Fevrier, que j'eus le plaisir de recevoir il y a 8 jours ou le 11 du Court. Si j'ai tant tardé à répondre à la première, c'est que j'attendois quelque Argent en Banque, que je voulais emploier à Vous faire une remise du restant de Vôtre Pension pour l'année passée. Cet argent là ne me vint que bien avant dans le Mois de Fevrier. Il y a 3 semaines que je l'envoyai à mon Correspondant de Stockholm, pour avoir une lettre de Change à 50 ß le Rdl. Court d'Hol., le priant de ne pas faire le pressé vis a vis le banquier, d'autant que le Change, selon les Papiers publics, varioit entre les 49½, 50 à 51 ß, comme il fait encore. Il m'a accusé la reçûe de l'Argent, et je ne saurois attribuer ce retardement qu'à quelque Maladie, dont j'ai demandé information par l'ordinaire de ce Matin. Comme je dois m'attendre à la dite chaque jour de Poste, je commence dès ce jour à Vous écrire.

Je jouis, graces à Dieu! d'une bien meilleure santé que l'année passée, et l'on me dit que cela paroît à mon visage. Vôtre Mere, qui sur la fin de Fevrier se trouvait souvent mal, apparemment de la goute remontée, se porte beaucoup mieux depuis trois semaines et dort assez bien les nuits. Vôtre Soeur n'a pas été malade que peu de fois l'automne passé depuis qu'elle est chez elle. Elle passa ici la Noël et quelques semaines encore. Avant de partir elle Vous fit la lettre que voici; preuve, que je contai Vous écrire dans peu. Elu, pour aider a faire l'Imposition dans ce Baillage pour l'année courante, à Upsale le 4 Mars, j'étois invité à faire un tour à Vallhoff à cette occasion. Je devois aller en carosse, vû que le grand chemin étoit denué de neige. Mais il en tomba force le 2 Mars, et même sans cela le chemin en droitures, et par les bois d'ici à Vallhoff, étoit praticable à l'aide des glaces. Ma Femme prit alors la resolution d'aller avec moi d'ici à Vallhoff jeudi le 3 Mars en traineau. Elle n'y étoit rien moins qu'attenduë. La surprise fut extreme, et le contentement des deux côtés ne fut pas moindre. La nuit d'après il survint un dégel si fort qu'à peine pus je aller en traineau à Upsale faire ma fonction. Lundi le 7 nous quittames Vallhoff, après nous y être bien divertis. Vôtre Soeur y est noblement logée et en même tems commodement. Cette terre, qui n'avoit pas la reputation d'être fertile, fournit maintenant d'excellentes viandes, et du lait et du beurre assez pour la maison et même à fournir à d'autres. Les jours passez Mr de Troïl a quitté Scattmansoe entre les mains de Mr Kusel, Directeur de la Compagnie des Indes, qui l'a acheté de Mr Seton m 51 Rdl., sans les inventaires payables à part. L'acheteur en a fait present l'a donné à ferme à 3 pour? à son Gendre Msr de Conradi, Super-Cargo, à ce que je crois, dans la Comp. des Indes. Voilà la 6me fois que cette terre a changé de maître depuis que nous sommes à Ryda.

Vôtre Frere Charles est depuis un Mois à Upsale, faire les armes et Maneger deux jeunes Chevaux, un Entier [hingst] dont il n'aura que l'usufruit, l'autre hongre [valack] dont nous lui avons fait present. Il est encore borné à son Benefice d'Oestersta, jouissant lui des rentes y attachées, qui valent à present 150 rdl. et peutêtre un peu plus, et moi du Domicile (:Bostelle:), qui en cette année passée m'a bien payé la culture. Il y eut n'aguere une assez belle apparence pour Vôtre Frere d'avoir un meilleur Benefice, dont il auroit bien besoin, pour reparer ses pertes faites à la guerre. Le jeune Comte de Bungué, cidevant Secrete Chargé des Affaires à la Haye, avoit depuis son bas âge comme pension la Lieutenance de Roslag, la meilleure de tout le Regiment. Revenu de Hollande, depuis quelques années, avec une bonne Epouse, née Baronne de Creutz, qui lui a apporté m 14 rd. de revenue, il fut nommé, il y a un an, Conseiller de Chancellerie. L'Hiver passé il quitte enfin son Benefice Militaire. Il est question, a qui le donner? Le General Baron G. Armfelt, Premier Gentilhomme de la Chambre et favori, propose au Roi de le donner en pension viagere au Capite de Sillén, si grievement blessé. Sur quelque scrupule, que Sa M témoigna, de placer un Etranger dans le Regimt, le Baron represente, que l'Officier en pas d'obtenir ce Benefice étant le Frere même du Blessé, et qui sûrement ne le lui envieroit pas, cette grace paroissoit faisable. Le Roi ne s'expliqua d'avantage. Là dessus on crut que les deux Barons de Vrede, l'un 1er Gentilhomme de la Chambre et Colonel du Regt d'Uplande, l'autre Aide camps General et Colonel dans l'Armée, pourroient par leur credit obtenir ce Benefice, par forme de Transport, pour leur Frere, Lieutenant dans le même Regt qui laisseroit le sien à vôtre Frere. Celuici, par l'avis de ses amis, se rendit à Stholm, pour y veiller. A peine y fut il arrivé, qu'on apprit, qu'il avoit plu au Roy de donner le Benefice en question, la Lieutenance, à un Page, nommé Aminoff, Cornette dans les Gardes Chevaux Legers. Sa M n'a fait qu'user du Droit que la Pluralité des Etats Lui a donné par le 2d § de l'Acte de Sûreté. Elle fera sans doute une autre fois du bien a mes deux fils, dont le Merite Militaire Lui est connue.

Vôtre Frere Cadet tomba malade entre le jour de l'An et celui des Rois. Ce fut une suite du froid et des fatigues, essuyés cent fois en Finlande et dans divers trajets. Extremement bien soigné par Vôtre Mere elle même, il fut rétabli à tems pour se rendre au commencement de Fevrier à Stockholm, faire ses fonctions d'Aide ou de Secrete au Nouveau Bureau de la Marine. Il les fera seul durant quelques Mois, que son Camerade, le Capitaine Valberg, a la liberté de passer à Calmar près de Msr d'Ancresverd, Intendant de la Province, et cidevant 1er Colonel dans la Flotte Côtiere. Ce Cadet, au lieu d'obtenir le Benefice sus mentionné, eut des mains du Monarque une autre recompense. Ce fut un Collier avec la Medaille d'or, en memoire des batailles navales de l'année passée. Cependant sa paye d'Ensigne, deduite les taxes de Capitaine, suffit à peine pour la bouche de son valet, voire le reste de ce qu'il coûte.

Je crois Vous avoir déja mandé que la Recolte nous a été assez abondante, quoiqu'il nous falût resemer plus de 5 Septiers d'Orge ici seulement. Le produit fut pourtant en total 10 pour 1 à Ryda, 6 à Orby [Årby], 8 à Oestersta, et 5 à Vansioe, et collectivement 8 ¾ pour un. Dans ce quatre endroits il s'est moissonné pour mon compte 854 Septiers de toutes sortes de grain. Le ménage, le Bêtail, les Semailles, et les Etapes des gens, nous consument bien 350 Septiers ou peu s'en faut. Les 500 Septiers excedans je n'ai pu encore me defaire de 300 par defaut de Contrat, et plus encore par defaut de neige, qui nous a empeché de rien voiturer au de là de ce qu'ont pu faire nos chevaux et nos vasseux. Tout nôtre Seigle d'Oestersta, au de là de 100 Sptrs, et l'orge du même endroit, environ 40 Sptrs, me restent sur les bras et courent risque de se gâter là dans le chétif magasin, c'est pourquoi j'ai déja commencé de transporter ici ces grains, pour les faire secher au feu sur nôtre Etuve de Tole. Dépense en manoeuvres et en charbon, diminution d'un huitième, mais inevitables, à moins de vouloir perdre toute cette Masse de Grains.

Je vis avanthier à Hessle une Lettre de Vôtre Bon General, Mr de Hermansson, à sa Nièce Made Christianin, où il marque avoir eu sa Demission avec une Pension de 500 rdl. et être sur le point de partir en Scanie planter des raves sur un Bien, qu'il tient à bail de son Beaupere, le Baron de Gyllenkrok. Son tort est, d'avoir en 1788 dressé un projet d'attaque sur Fredricshamn, moins aisé que celui qui fut suivi, et de l'avoir soûtenu devant le Roi en disant, qu'on ne prend point de Forteresses avec des Pistolets. Autre peché mortel, que, pour refuter la calomnie repandue contre l'Armée à l'occasion de la dite attaque, il presenta, d'abord après l'ouverture de la Diète de 1789, au Palais des Nobles un Memoire succinct, mais hors de replique et qui fut d'abord imprimé. Son Successeur est Mr de Mannerskantz, ci devant Commandant de Sveabourg, homme foible, mais envieux du Credit de Mr Ancarsverd, docile raporteur etc.

Nos Parens d'Eka, de Vernesta et de Molhamar se portent bien. Mr de Moerner sortit nouvellement d'une maladie serieuse. C'est lui qui s'est chargé de rebâtir Vernesta. Il aura àpeuprès ramassé les Materiaux, dont je lui ai fait l'Etat, montant à 600 Poutres, 70 Chevrons etc. Je ne le croiois pas faisable avec un hiver si chetif. Voici une Esquisse pour marquer, comment il faudra, a mon avis, rebâtir le Corps de logis de Vernesta, pour conserver les Caves et les anciens fondemens. Je Vous en fais part en Vous priant d'y rectifier ou meliorer ce que Vous trouverez à propos. Les 4 tuiaux de Cheminée doivent se réunir en deux sous le faîte du toit, et sont placés en sorte de s'entrebalancer et de s'elever hors des deux chambres au Grenier, les quelles à cet effet sont raccourcies d'un peu plus d'une aune, comme il est marqué par les lignes en crayon ou ponctuées.Les tuyaux de cheminée paroissent ici trop grosses: Les trois d'entr'elles ne devant prendre de place qu'une aune quarrée dans chacune des trois Chambres. Si jamais un Toit à la Mansarde doit avoir lieu, ce sera dans une bâtise fort large, comme celle dont il est question, pour eviter l'excessive longueur des Chevrons, qu'on n'est pas toujours à même de trouver. Ici il en faudroit de 20 aunes, au lieu qu'à la Mansarde il n'en faut que de 12 aunes les uns, et de 10 les autres. J'ai oublié dans la Cuisine le petit four à pâtisserie, pour l'amour du quel il y faudra faire la Chemine en equerre saillant, en ménageant toujours le juste emplacement du foyer et du tuyau.

Le 20 mars. L'Ordinaire d'avanthier m'apprit, que Mon Correspondant, Msr Hvasser au Bureau des Postes, aïant eu la 1re de Change sans le 2e, par la faute du Courtier, croioit devoir remettre à me l'envoyer par un autre Ordinaire. Voilà donc cette presente retardée quelques jours de plus. Parlons un peu de Vos affaires.

Il Vous est dû Vôtre Appointement de Conducteur, dans la Brigade de Scanie, pour 7 mois de l'année passée, et pour 3 de la Courante. Pour pouvoir les retirer et Vous les remettre en même tems, que Vôtre Pension de cette année, il faut que Vous me donniez un Pouvoir, dont voici la teneur: Fullmagt för min Ke Fader, P.R. ock Bn G. W. S., att så länge jag vistas utom Riket, å mina vägnar emot taga ock quittera all den Lön, som för mig, såsom Conducteur vid Fortifn, utfallit eller utfallande varder: Ägandes ock M. K. F. att, enär ock till hvem han sjelf godt finner, transportera denna Fullmagt, som då skall gälla i hvars hand den med hans goda minne finnes. Rom d. etc. Vous pouvez y apposer le Cachet de Vos armes. En écrivant ceci il me vient en tête de Vous proposer, si Vous ne voudrez pas mettre à l'interêt l'argent qui Vous revient de Ve Appointement? Il servit doux de faire un petit Pecule. Je me ravisse. Vôtre sejour futur à Paris, où il faudra se bien equiper et prendre un peu de l'air de la Cour, demandera bien, au delà de Vôtre Pension, tout ce que Vous pourrez avoir et ce que je pourrois y contribuer encore. Faites donc comme bon Vous semblera.

Tout cet hiver on a bien parlé de guerre à Stocolm, en se fondant sur les Ordres de completter les Regs, et sur ce que le Roi, en haranguant publiquement, dans la Chapelle de la Cour, les Officiers que S.M. decora de Medailles, les exhorta à pareille bravoure en cas que la guerre vint à se rallumer. Les penseurs croioient, que c'étoit des Demonstrations, pour s'attirer des Subsides d'Angleterre. Mais d'un côté, celle ci se trouva plus portée à menacer qu'à acheter: et d'un autre, La Russie a témoigné prendre de l'ombrage de cette confidence avec l'Angleterre. Le Roi a sagement pris le parti de la rassurer, et on ne parle plus d'armemens. Ce bruit de guerre est remplacé par un autre, d'un Voiage du Roy à faire à Spaa: et on se dit à l'oreille, que S.M. pourroit bien aller en Italie et à Rome, pour joindre les agrémens au renforcement de la Santé. Si celà aura lieu, Vous Vous depecherez, sans doute, à Vous faire presenter, et peutêtre trouverez Vous occasion de faire valoir Vos projets de Reforme, ou du moins Vos beaux Plans du Château, en l'air. Peutêtre faudrat il encore garder devers soi les dits Projets. Le Roi a, parmi mille grands talens, le don de tirer, en peu de conferences, de Nos Voiageurs tout ce qu'ils savent. Il ne faudra pas le laisser pomper si vite, après quoi on tombe aussitôt en oubli. C'est une erreur presq'universelle des jeunes gens de merite, de produire avidement tout ce qu'ils valent: ils irritent par là Egaux et Superieurs, qui concourent à les contrarier: ils feroient mieux d'imiter ces prudens Vendeurs, qui ne produisent à la fois qu'une petite partie de ce que renferment leurs Magasins. Cachez bien à Vos Camerades de Rome, qu'il soit question de ce Voyage. Mais preparez Vous y discretement en affectant, comme il est de Vôtre devoir, des Sentimens et des discours parfaitement Royalistes. Pour être heureux en ce Monde, il faut se faire à son Sort bonnement: toute forme de Gouvernement étant bonne, même selon Ciceron, pourvû qu'il soit bien et justement geré.

Je ne me lasse pas de garder ce Château en l'air adapté à un terrain effectif, et cependant je le cache pour Vous servir. J'admire, non seulement le bel arrangement du Total, la grandeur, la commodité et l'ordre de toute les Pièces, mais aussi cet air de force, que presente le dehors, jusqu'à paroître une Placeforte. - Quant aux Heros, dont Vous voulez avoir les Bustes placés dans la Salle des Etats, leur droit d'y trouver place depend de la Constitution, qui aura lieu lorsque ces places seront ajugées. Les Gyllencreutz ne font pas belle figure sous une Monarchie parfaite. Mais il faut avouer aussi, que Nôtre Patrie a fourni très peu de Heros de la Liberté, quoique assez bon nombre d'Hommes d'Etat et de Guerre. Pour completter celui que Vous avez noté, j'ajouterai L[orentz]. von der Linde, Marechal, Sten Bielke, Chancelier de Cour, Ministre et Confident de Charles X, Eduard Ehrensten, Senateur, Nils Brahe, Guerrier tué à la journée de Lützen, Jean Brask, Evêque de Lincoping, Mathieu Steuk, Evêque Patriote de Lund, et pour celà promû à l'Archeveché par Charles XII, mais celuici est de nôtre Siecle, et par là incompetent.

Les Desseins en Mignature de ce Château meritent bien d'être presentés a un Grand Prince et Connoisseur. Aussi je songe à Vous les renvoier, à cet effet, au cas que le Voyage de Spaa eût lieu effectivent. Qu'en dites Vous? Je suppose que Vous n'en avez pas le double en si petite forme.

Lors que je fus, il y a quelque tems, avec ma Femme et nos Voisins de Torstuna, faire visite au Baron Ermite, il me rapellera, en parlant de Vous, que depuis près d'un an il n'avoit point eu part de Vos lettres. Sur celà je lui envoiai les dernieres, et même cette longue de 17 Novbre, exceptés la fin et les Desseins. En me les rendant ensuite, et en me chargeant de mille Compl. pour Vous, il témoigne ne savoir exprimer combien il admire la chaleur de Vôtre Patriotisme, Ve richesse en pensées, la fermeté de Vos principes etc. Il se reserve au sujet du Comte de Tessin: en quoi je me conformerois bien avec lui. Maintenant, postquam unius familiæ quasi bona sumus, enfouïons le grand Patriotisme.

J'ai vû dans plusieurs livres, mais pas dans Vos lettres, le Septizonium ou Monument se Septime Severe, dont les restes presentent trois Ordres. Seroit il possible qu'il eut elevé jusqu'à 7 Ordres, d'où est venue, dit on, la Denomination?

Il me revient, que dans une de Vos lettres Vous avez parlé de trous ou d'Enfoncemens sur le Toit de S. Pierre, et que je me suis proposé de Vous demander un eclaircissement là dessus. Je comprend que, comme Vous m'avez dit, le Grand Dome y paroit une bien Grande Eglise, et les deux petits Domes deux autres plus petites. Mais d'ou viennent et que veulent dire les Enfoncemens en question?

Mr Alberg, Maître Dessineur à Upsale y fait fort bien ses affaires par le revenu de son Employ et sans être encore marié. Il a acheté la maison de feu [avlidne] Mr Hydrén, il l'a demolie et y a bâti une neuve, aussi en bois, mais grande et belle. On l'appelle Tredäckaren, à cause qu'elle est de 2 étages ordinaires et un 3me, petit et avec des fenêtres basses, servant de grenier, quoique le toit soit elevé et fasse un angle droit au faîte. Dans ce toit il y a des Chambres mênagées vers les deux bouts ou pignons, ainsi que dans un, ou peutêtre, 2 Attiques en forme de Frontispiece. L'Interieur n'est pas achevé, et je n'ai vû le dehors que du coté de la Rue. Jugez de l'état de cette Université, la premiere du Nord. Les Professeurs des 4 Facultés sont presque sans Auditeurs, et ils n'en auroient point du tout, ne fût-ce que les Etudians, qui veulent prendre les Degrés, sont forcés d'aller les entendre, pour meriter leur indulgence ou eviter leur rigueurs dans les examens. Par contre, les Maîtres en Exercises, en Manége, en Armes, en François, et sur tout en Danse, sont très occupés depuis les 6 heures du matin jusqu'au tard le soir. Aussi ces derners s'enrichessent ils bien fort ou bâtisent elevent des maisons, tandis que les premiers tirent le diable par la queue pour subsister. On dit que Mr Ristel n'a pas moins de 80 Ecoliers à la fois, ce qui fait 320 plates par mois. Le Maître en Manége, Mr Fagrestroem, le meilleur des Ecuyers, n'a pas moins de 25 Ecoliers, ce qui fait autant de plates par jour.

Les Concordats dans l'Armée ont repris, et je viens d'acheter m 12 dl kmt un Drapeau au Baron Gustave Ulfsparre, 3me de mes Pupilles, quoiqu'il n'ait pas même été inscrit.

Ce 25 Mars. Enfin cette lettre de Change, si long tems attendue de Sthlm, me vint par l'ordinaire de Mardi. La voici. C'est par elle que Vous recevrez le restant de Vôtre Pension de l'année passée. Pour ce qui est de celle de l'année courante, je ne m'y attends pas avant la S. Jean. Arrrangez Vous en consequence, s'il Vous plaît.

On nous mande de Sthlm, qu'on y parle encore du susdit Voïage aux Bains Chauds, ainsi que d'un grand Campement à faire en Scanie, avant, duran et après le dit Voïage.

Le Marechal Comte Meyerfelt a eu ordre de prêter Serment sur l'Acte de Securité. Il l'a refusé. Il eut ordre de le faire ou aller en prison. Il n'a fait ni l'un, ni l'autre, étant actuellement malade. Des qu'il sera retabli, il est inevitable que le Serment precedera sa demission.

Les maladies et la mortalité font ici bien deravage parmi le bas Peuple. C'est dit on une fievre contagieuse rapportée par les gens de guerre.

Mon Extrait de ce que Vous m'avez écrit au sujet de Mr Acrestroem, a été remis par le Baron de Silfverhielm à S.E. le Comte Bonde, Senateur et Grand Maître de la Maison du Roi. Du moins ce Baron s'en est-il chargé.

Le Cadet des Ihre, Elov, Lieut. dans les Gardes Cuirassées, nommé en Finlande Capite de Cavallerie dans l'Armée, doit se marier à Mlle Celsing Nièce du feu President, et qui lui apportera en dot un Million de da. Kmt. L'Ainé, Albert, Secrete du Palais des Nobles est déja Marié avec la fille de Msr Bäck, Premier Medecin du Roi, et a acheté la Terre d'Ekebyhof.

Un des Ecuiers du Roi, fils du Conseiller de Chambre, et cidevant Page, un des 53 qui à la Diète passée soussignerent le faux Rapport du Marechal de la Diète, vient d'être fait Capitaine aux Gardes Cuirassées. C'est le 18me intrus, depuis les 10 ans et plus que Ve Puisné y est Officier. De ce Regimt il ne restera de Cuirassiers que 5 Compes d'Uplande et de Sudremannie, les 3 de Vestmannie son changées en Chasseurs à pied, et le reste 3 de Nericie et celle de Vasbo en Dragons.

Ve Mere Vous fait mille tendre Compl.s. Vos Parens et Nos Voisins m'ont chargé de Vous en faire autant, et Vs recommandant à la Garde de Dieu, je suis le tout Ve

GW de Sillén

Je ne Vous ai pas rapporté, que Nôtre Voisin, Mr Segrell, eut l'année passée un Brevet Honoraire d'Intendant d'Economie. Il l'avoit souhaité, il y a quelques ans, en se mariant. Maintenant ce fut une Surprise de la part de Mr Schroederheim. Elle lui coûte 54 2/3 rdl. d'augmentation d'Impôts.

Till diarium för Georg Wilhelm af Silléns brev.

  Senast ändrat eller kontrollerat den 6 juni 2008.
Hemsida
Nyheter
Galleri
Curriculum Vitae
Araguacema
Christofer
Kerstin Amanda

Rymd (eng)

Istider och växthusgaser
Historia
Tedas historia
Liber 1932-1999
Släktträd
Litteratur (eng)
Schack (eng)
Cykling
Sport
Webb-tips
Roliga citat (eng)
Kontakt