Brev frĺn Georg Wilhelm af Sillén till Gustaf af Sillén den 14 september 1787.

A Ryda ce 14 Septbre 1787.
Ankt den 2 October, besvt den 6 dito.

Mon Cher Fils, je Vous rend mille graces de Vôtre chere lettre du 19 Août: Elle me vint le 11 Court, et Vous verréz que nous ne tardons pas à repondre. Nous étions alors à Eka, ou je n'avois pas été, non plus qu'à Vernesta et chez les autres Amis de ce Canton la, depuis Vôtre depart. Tous y étoient bien portans et joieux d'une abondante recolte. Lundi le 10 nous fumes à Groensoe [dito], où le Maître [David von Schulzenheim] a transformé en parterre à l'Anglaise tout le rivage entre le Corps de Logis et le lac avec beaucoup de dépense et de goût. Tout cet emplacemt est coupé en petites allées et rampes en tout sens, avec plusieurs petits cabinets et des bancs, des ilots joints par des ponts; il y en a un vis à vis du Portail de la Maison, au bas de l'Escalier, qui aboutit à un Kiosk à la Chinoise, quarré, tout incrusté au dedans de rocaille et de coquillages, assemblés en architecture, qui forme quatre pilastres, deux à chaque pan, supportant une corniche ornée d'un feston tout en coquillages choisis au dessus de chaque croisée: le tout surmonté d'une Coupole, dont le dehors forme un couvert à la Chinoise. Ce Cabinet est entouré tout àlentour d'un pont ou galerie ouverte sur l'eau, pourvû de bancs et de gardefous. - Les trois fils de la Maison y étoient à la fois. Ils ont été tous trois dangereusemt malades cet été, et en echaperent, après quoi l'ainé [Carl Jakob von Schulzenheim 1764-1799], maintenant Capitaine, fut marié à sa Cousine Mlle Eve Salvius et va s'établir à Husby.

Nous autres nous n'eumes pas le même bonheur de recouvrer Vôtre Cadet, cet aimable garçon Nôtre Laurent Jules, qui dans une expedition à Vaxholm par un froid rigoureux, s'étant peut être trop peu precautionné, tomba malade le 14 Juin, et quoique fort bien soigné dans la maison par sa digne hôtesse Made Rydstedt et par trois Medecins de renom, les Assesseurs Krok, Schultzenheim et Gahn, expira le 3 Juillet au soir par un coup d'apoplexie, causé par un clou ou aposteme au dedans de l'oreille gauche, qui cessa de couler ce même jour sur le midi. La fièvre l'avoit déja quitté, et les Medecins eux mêmes furent surpris de cet accident. On lui ouvrit la tête, où on trouva, ce qu'on avoit apprehendé et taché de prevenir, que l'inflamation du clou avoit enfin touché à la cervelle et donné le coup mortel. Il y avoit aussi de l'eau dans la tête, suite d'un rhume opiniatre et des refroidissemens massifs, auparavant contractés. Par une fatalité il essuia l'hiver passé, en voiageant entre Ryda et Stocolm, plus d'une fois des froids et des mauvais tems des plus rigoureux, que sa bravoure le fit essuier sans presque s'en plaindre.

Il fut enterré le 5, avec une pompe militaire par terre et par eau, et au bruit de canons, convoié par tout le Corps où il servoit, y compris L'Amiral Nordenancre et le Colonel Ehrenbil, dans le cimetière de ce Corps, situé au Parc, et aux pieds de son Amie, la belle et vertueuse Mlle Jeanette Sudhoff, comme il l'avoit ordonné lui même, en predisant sa mort prochaine, quelque assûrance que les Medecins donnassent du contraire.

Tout le Corps regardoit comme immanquable que Laurent ne seroit remplacé que par celui qui voulût nous rendre nôtre Argent, déboursé pour sa place. Mais son ami Mr Arved Virgin, dont il étoit si fortement engoué, a bien voulu être son Arving [?]. En adroit Courtisan, il a attrapé un mot du Roi, sur quoi le Comte Ehrensverd, non obstant mes remonstrances et celles de Mr Ehrenbil, l'a presenté pour succeder à l'apointement de Vôtre frere, qu'il a obtenu. Cette perte me pese fort, surtout m'attendant à paier bientôt m 4 plates, pour faire avoir à Charlot La Lieutenance, evaluée 10 mille plates.

Vôtre Mere se trouve mieux après la prise des Eaux; quant à l'estomach; mais les maux de tête lui restent. Ve Soeur a eu les genoux parfaitemt rétablis, à ce qu'elle dit. Vôtre Frere a le moins profité de la cure, aiant appris successivemt la maladie et le decès de son cadet, et reduit à cacher ses regrets, même à danser au bal, pour en derober la connoissance à Ve Mere.

J'approuve fort que Vous aiez passer le plus de tems, que possible, avec Ve Genereux Cousin. Vous ne desapprouvez pas, je l'espere, que je fournisse cet automne les plus avancés de Vos jeunes arbres à la double allée, par Vous projettée à Eka, soit comme un prêt, soit comme don gratuit. Dieu fasse prosperer la continuation de Ve voiage! Tous Vos Amis, et particulierement Ve Mere, Vous font mille et mille Complimens. Nôtre recolte est bonne, Graces à Dieu! et je me porte bien, le tout Vôtre GW Sillén.

Mr Lagerbielke, Colonel, aiant souhaité voir Ve Itineraire, je lui en ai fait part ces jours passés.

Till diarium för Georg Wilhelm af Silléns brev.

  Senast ändrat eller kontrollerat den 18 juni 2008.
Hemsida
Nyheter
Galleri
Curriculum Vitae
Araguacema
Christofer
Kerstin Amanda

Rymd (eng)

Istider och växthusgaser
Historia
Tedas historia
Liber 1932-1999
Släktträd
Litteratur (eng)
Schack (eng)
Cykling
Sport
Webb-tips
Roliga citat (eng)
Kontakt