Brev frĺn Georg Wilhelm af Sillén till Gustaf af Sillén den 29 december 1786.

A Ryda ce 29 Decbre 1786.
Ankomit den 18 Januari 1787, ock besvarat den 17 Februari

Mon Cher Fils, Depuis le 6 Novbre, que je me donnai le plaisir de Vous écrire à Berlin, j'ai eu celui de recevoir Vos trois lettres, du 1 et 10 Novbre et du 2 Decbre, qui me sont venuës, le 10 Novbre la premiere, le 27 Decbre ou avanthier la seconde, et des le 19 Decbre la troisième. Cette derniere a fait le tour de Hambourg et du Danemarc en bien moins de tems, que l'autre le droit chemin de Stralsund ici par Ystad.

Je ne saurois exprimer par une lettre toute la satisfaction, je voulois dire, toute l'emotion de joie, que nous ont donnée Vos dites lettres en nous apprenant Vos bonnes nouvelles et celles de Msr Vôtre Cousin. Vous êtes L'Un et l'autre par tout suivis de nos voeux ardens pour le succès de Vôtre voiage et pour Vôtre constante prosperité, s'il y en peut avoir dans le Monde. Oui, il y en a pour les Sages, c'est à dire, pour les gens Vertueux et circonspectes, qui savent mettre des bornes à leurs desirs: seul moien de les satisfaire.

Vous voilà à Dresde, qui est, je crois, en Alemagne ce qu'est Bologne en Italie, le centre du goût et de la politesse. Vous y ferez, s'il Vous plait, mes très humbles et très sinceres Complimens à Msr L'Envoyé de Celsing, et d'avance mes remercimens des bontés qu'il a pour Vous, j'en suis sûr, autant par un effet de Sa Generosité, que pour Vous indemniser de ce que le Voiage de Son Neveu a diminué des agrémens du Vôtre. Mais en verité, c'auroit été un peu trop, si Vous eussiez eu, dès le commencement du Voiage, le bonheur d'être seul compagnon de Msr le Baron d'Oxenstierna. Il n'est pas bon que la Jeunesse vienne d'abord à jouir les aises d'un âge et d'un Etat plus relevés.

Embrassez ce Cher Baron bien tendrement de ma part. Penetré des bienfaits, dont il veut bien Vous combler, je surseois au devoir de Lui marquer directemt mes sentimens et ceux de ma Maison, tant qu'il Vous est permis d'en être l'interprete: ainsi qu'il Vous fait honeur de Lui servir de Secretaire à Nôtre égard.

Je Vous rends bien de graces des remarques judicieuses que contiennent Vos Lettres sur les Villes et Pays, que Vous avez passés. Tous ceux à qui nous en faisons part, témoignent en être charmés. Je me propose d'en faire un Extrait, pour être presenté à Vôtre General.

Ne dédaignez pas L'economie et L'Architecture Rurale, surtout en quoi celle des autres pays l'emporte sur la Nôtre, dispendieuse à cause de la rigueur des Saisons et de la quantité de fourages.

Je me hâte de Vous faire part de ce qui Vous interesse sans doute d'apprendre de Nôtre part, savoir, l'état de Vôtre Mere. Elle s'en fut à Stockholm le 27 Novbre avec Vôtre Soeur, et escortée par deux Officiers, Msr Raab et Vôtre Frere Jean. Il y eut pour lors une petite glissoire. Nous avions planté le Corps du vieux Carosse à deux fonds sur des traineaux, de sorte que nos 4 Voiageurs firent le chemin commodement et chaudement. Partis d'ici à 8 heures du matin, ils se trouverent à la même heure du soir chez Mr de Post, où les Dames se logerent. Là le Prêtre de Vestrobotnie, Arrenius, fit la premiere operation le 29 Nov. à Vôtre Mere, et sur les deux yeux à la fois. Ensuite il se borna à un seul. afin qu'elle pût avoir l'autre ouvert. Il fit en six jours autant d'operations à l'oeil gauche, et à chacune il donna depuis six jusqu'à 28 coups de son fer tranchant au tissu interieur de la paupiere. Là dessus il accorda un jour de repos et de promenade en Ville. Ensuite il fit à l'oeil droit pareille operation en cinq jours consecutifs: après les quels il faloit passer encore une semaine en Ville, pour laisser desenfler les yeux. Cependant il y avoit un dégel de quinze jours, de sorte que je contois faire revenir nos Dames en carosse à roues, ce qui n'étoit pas aisé à cause de la glace, qui couvroit encore les parties montueuses du chemin. Heureusement le froid reprit le 16 Decbr avec de la neige, en sorte que Nos Dames purent s'en retourner le 19 Dec. en la même voiture qui les avoit amenées, et accompagnées de Vôtre Cadet et d'un Mr de Steyern, Enseigne du même Corps, et de Mr Moerner jusqu'à Gran.

Pour ce qui est de fruit, que Vôtre Mere a retiré de toutes ces operations douloureuses qu'elle a subies, l'oeil gauche est un peu meilleur qu'il n'étoit auparavant, de sorte que les taches ou nuages, qui lui sautillent devant, sont moins épais et lui permettent de voir un peu plus clair. Mais le droit est absolument aussi foible qu'il étoit. Toutefois delivrée comme elle est de ce mal de tête qui la tourmentoit sans cesse, elle ne regrette pas la dépense ni la peine de cette Cure, outre que c'est toujours une satisfaction interieure de n'avoir rien negligé pour guerir. L'Operation du Prêtre, connuë et jadis pratiquée par les Medecins, est bonne pour les fluxions et inflammations recentes, causées par le grand froid, la petite verole [smittkoppor], la rougeole [mässling] &c. Made Gilberg l'a subie sans aucun effet. Made Melin en a été parfaitemt guerie. Le Prêtre ira au Mois de Fevrier pratiquer à Norcoping. Il a commencé sa pratique par une de ses filles, qui parmi huit enfans qu'il a, étoit devenuë aveugle par une suite de la petite verole, et il l'a bien guerie.

Vous saurez, Mon Cher, que Vos fortes instances, pour que Vôtre Mere changeât d'apartement, elle fit placer, la veille de son voiage, un lit à deux dans ma chambre au lieu où étoit le Soffa, et elle y coucha. Depuis son retour elle est actuellement logée avec moi, et je trouve plus d'agrément que jamais dans mon apartement. Le sien, egalemt chauffé tous les jours sert aux etrangers, maintenant occupé par Made Oestman et une des Demlles d'Ekenberg, pendant que l'autre est avec Vôtre Soeur, et leur Pere dans la chambre jaune. Nous avions invité à Noël la Seigneurie d'Eka, mais Elle avoit promis d'aller voir Mr General Duval à Naisby. Nous invitames aussi la Maison d'Acrelenna, mais on s'excusa sur la proximité des Couches [Anna Charlotta af Sillén, * 26/1 1787] de ma Belle Soeur, ce qui fit qu'on se borna à une Visite de 2 nuits, que fit mon Frere à Moi et la Dame à Arby le 2 Court. La Seigneurerie de Molhamar est attenduë ici le 30 Court.

J'ai fait combler en cet automne la grande Avenuë de cette Maison, de sorte qu'on la monte et descend en toutes sortes de voitures. Le premier qui le fit, fut Nôtre Prestolet en chaise le 15 Novbre. Mais il s'en faut bien que le parapet ne soit achevé des deux côtés.

Nous venons de conclure avec Garpenberg à raison de 3 rdl. 2/3 par Septier, seigle et orge. C'est bien cher. D'autres en tirent d'avantage, mais à terme. Nôtre Contrat ne va qu'à 250 Septiers. C'est bien peu tirer de Ryda, Arby, Oestersta, Vansioe, et des rentes de Charlot.

En Vous faisant, ainsi qu'à Msr le Baron, Mille tendres Compls de la part de tous Nos Voisins, Amis, Parens, particulieremt de Vôtre Mere, je suis de coeur et d'ame, M. C. Fils, le tout Vôtre

GW de Sillén.

Till diarium för Georg Wilhelm af Silléns brev.

  Senast ändrat eller kontrollerat den 15 juni 2008.
Hemsida
Nyheter
Galleri
Curriculum Vitae
Araguacema
Christofer
Kerstin Amanda

Rymd (eng)

Istider och växthusgaser
Historia
Tedas historia
Liber 1932-1999
Släktträd
Litteratur (eng)
Schack (eng)
Cykling
Sport
Webb-tips
Roliga citat (eng)
Kontakt