Brev från Georg Wilhelm af Sillén till Gustaf af Sillén den 22 september 1786.

A Ryda ce 22 Sept 1786.
Ank. och besv. den 25 dito.

Mon Cher Fils, Gustave.

Je reçû Vôtre lettre du 18 Court, qui nous apprend les lenteurs qu'on Vous fait essuier et l'incertitude où Vous flottiez par rapport à Vôtre voyage en pays étranger. Il est bon que Vous soyez Vous même jusqu'indifferent, comme nous les sommes aussi, si tel voyage aura lieue cette année ou une autre, pourvû qu'il y soit quelque chose decidé et d'expedié.

Le Baron d'Oxenstierna, l'Envoyé, part ce matin pour Molhamar, y passer quelques jours. Sa Soeur reste encore ici, et doit l'aller joindre demain avec ma femme et fille. Il n'est pas encore decidé, si je serai de la partie, puisque les autres content aller à la foire de Vesterâs, où je n'ai rien à faire.

Le vieux Baron Mr Moerner et Mlle A.C. Ekenberg s'en retournerent en droiture de Hesslé mercredi matin. Hier la Seignurie de Bærby fut diner ici. Nos jeunes gens étoient priés à un bal qui se donnait Bielquesta [Bjälkesta] hier au soir; mais ils ne purent pas en être. Cependant Laurent s'y rendit hier matin, et Charles sur le soir.

On attendoit au Bal de Hesslé, sinon Mr Le Lieut.Colonel, du moins à sa place quelques jeunes Officiers. C'est par leur canal que je contai faire arriver l'incluse pour Vôtre Frere Jean, concernante l'argent à retirer de chez Mr d'Ehrenhoff pour le compte du Baron d'Oxenstierna, et à payer ensemble avec le mien à la Caisse d'Esconte un jour de la semaine prochaine. A cet effet je lui ai marqué les voyes à tenir dans la Banque. Mais j'espere que Vous les lui enseignerez mieux de vive voix. Si mon billet pouvoit être retiré de la dite Caisse avant Vôtre départ, ce n'en seroit que mieux.

En écrivant à Made Norberg les deux dernieres fois, j'oubliois que l'année passée en m'écrivant elle m'avoit prié de lui écrire sous l'enveloppe de Mr Stangenberg. Elle doit demeurer au faubourg de Nord, et non pas au Sud, comme je croiois.

Nous approuvons fort Vôtre dessein, de ne point entreprendre de voyage dans l'étranger à moins de toucher avant de quitter Stockholm l'argent que le Roi a bien voulu Vous destiner. Je n'ai pas le moyen de Vous defrayer seul, et Mr Vôtre Cousin n'est pas assez bien payé lui même pour Vous faire des avances.

Vous ferez bien de faire imprimer un certain nombre d'exemplaires de Vôtre planche, et Vous pouvez prendre ce qu'il faut pour celà sur l'argent, qui reste entre les mains de Vôtre Frere pour mon compte, après les payements faits ou à faire à Madame Bruhn et à la Caisse d'Esconte.

Enfin après 8 semaines et demie de pluies continuelles et quelquefois excessives, nous venons de jouir de trois beaux jours. Mais la terre est tellemt impregnée d'humidité que le labour ne vaut rien. Les Mars [vårsäden] sont tellement melés de verd, c'est à dire de nouvelles poussées, qu'il fait bien du tems pour les secher parfaitement avant les encaser, sans quoi elles s'échauffent en grange et gatent les bons grains.

D'autant que la laine, que Vous avez apportée en ville, n'est pas bonne à être peignée, Vôtre Mere Vous prie de la rapporter ici avec Vous.

Le Baron Charles en partant tantôt Vous fit les compl. et me chargea de Vous dire que, si Vous pouvez le joindre à Molhammar avant le soir de Mercredi, il Vous y attendra, sans quoi Vous pourrez le faire à Inguelsby. Saluez, je Vous prie, tous Nos Amis de Ville particulierement Mr. le Professeur et Made. Vos Mere et Soeur Vous embrassent, et je suis le tout Vôtre G W Sillen

Till diarium för Georg Wilhelm af Silléns brev.

  Senast ändrat eller kontrollerat den 13 juni 2008.
Hemsida
Nyheter
Galleri
Curriculum Vitae
Araguacema
Christofer
Kerstin Amanda

Rymd (eng)

Istider och växthusgaser
Historia
Tedas historia
Liber 1932-1999
Släktträd
Litteratur (eng)
Schack (eng)
Cykling
Sport
Webb-tips
Roliga citat (eng)
Kontakt